Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2016

Parution de Pavane pour une nebbia (Encres Vives, janvier 2016)

8dfe1c_7aa31ac6b37c45ea96f8b330027840da.jpg

 

Florence Noël, Pavane pour une nebbia, Encres Vives, coll. Encres blanches n°649, 2015, 16p., 6,10€.

 Œuvre de Pierre Gaudu "ciel ouvert", dessin 50x50 cm, 2013.

 

4e de couverture

Il y a, dans la marche contemplative, une forme de danse codée où chaque merveille du paysage vient comme à la rencontre d’une question du marcheur. Et, lorsqu’il s’élève vers les hauteurs, une initiation où le dehors dialogue avec l’être enfoui sous le devoir des jours. Il y a dans l’aube, une éternité de saveurs et d’émotions où les frontières s’estompent, les voiles se soulèvent de brefs instants et les mondes s’entre-pénètrent.

Nebbia c’est l’aube en langue d’Italie, en lumière du Sud. C’est une aube qui chante pour un marcheur qui danse.

Cette pavane pour une nebbia a été dansée une première fois sur les routes ocreuses du Roussillon. Mais elle s’invite sur toutes les routes où se glissent nos joies.

 

Pour le commander chez Michel Cosem (Encres Vives)