Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2016

Parution de Pavane pour une nebbia (Encres Vives, janvier 2016)

8dfe1c_7aa31ac6b37c45ea96f8b330027840da.jpg

 

Florence Noël, Pavane pour une nebbia, Encres Vives, coll. Encres blanches n°649, 2015, 16p., 6,10€.

 Œuvre de Pierre Gaudu "ciel ouvert", dessin 50x50 cm, 2013.

 

4e de couverture

Il y a, dans la marche contemplative, une forme de danse codée où chaque merveille du paysage vient comme à la rencontre d’une question du marcheur. Et, lorsqu’il s’élève vers les hauteurs, une initiation où le dehors dialogue avec l’être enfoui sous le devoir des jours. Il y a dans l’aube, une éternité de saveurs et d’émotions où les frontières s’estompent, les voiles se soulèvent de brefs instants et les mondes s’entre-pénètrent.

Nebbia c’est l’aube en langue d’Italie, en lumière du Sud. C’est une aube qui chante pour un marcheur qui danse.

Cette pavane pour une nebbia a été dansée une première fois sur les routes ocreuses du Roussillon. Mais elle s’invite sur toutes les routes où se glissent nos joies.

 

Pour le commander chez Michel Cosem (Encres Vives)

 

05/10/2015

les gens

les gens sont bons dans leurs mines
de perdus ils plantent
trois paroles, deux mains
sur votre bras le temps
d'un cri qui crisse à peine
le temps d'un mort révoqué
d'une semi cascade de rire
le temps de ne pas vous
alourdir bien sûr le temps
de glisser dans votre coeur
une perle des profondeurs

et vous repartez étrangement
malade de leur regard
sans prénom

 

 

11:08 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, florence noël |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

10/09/2014

Publications de septembre

Quelques nouvelles nuits à lire sur le site de la revue Ce Qui Reste qui me fait l'honneur de m'inviter en ses pages :

 

 

(...) "pourvu que jamais l’on n’abîme la profondeur
des nuits
leur isolement de grenat
le chaud du sang dans l’herbe grise
c’est prophétie des lunes
dégluties
qui ruminent
il faudrait de l’espérance, un peu
viens donc matin noir parmi
les vapeurs d’or les désirs
de mourir né d’un sang fiévreux(...)"

 

Mais aussi un dossier monté par Alain Cotten dans le numéro 7 de sa revue en ligne Zinzoline, qui part sur mes traces, avec des extraits de certains de mes textes.