Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2009

Grâce : la multiple splendeur

Grâce 21022001 - La multiple splendeur - Croire
Ces images espèrent inaugurer un autre regard sur la beauté du monde : un regard capable d’admirer son humilité. Admirer ! Le verbe magnifique que nous a donné le poète belge Émile Verhaeren pour orienter la pensée et les rapports entre les hommes
Video du cinéartiste Robert Empain

18:00 Publié dans Dis-moi ce que tu lis... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emile verhaeren, robert empain, video, foi |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

24/02/2009

Qui me rompra encore

je ne sais rien
la dorure des livres, peut-être
sur leur tranche qui aiguise mes doigts
- fioriture-

je ne sais rien
que l’or sur les lèvres d’icône
au matin froid d’une pierre romane
superbe dans sa courbure de vieille femme
et moi priant la bouche tout contre les moellons
moi mon épiderme hurlant dans les nervures du granit

3233801744_ce9051e16e_m.jpg


je ne sais rien
enfant avant la lettre, bambin tiré à quatre étoiles
je ne sais que ton nom, peut-être
et la lumière avalée par le dallage
à l’arrière de mes pas
je ne sais plus – ai-je su – la litanie de tes amis
ton histoire tressée de signes
et tous tes gouffres où le cœur
tombe en torche
éclairant –enfin –
les angles morts de nos visages

je ne sais que mes jours et l’incertain
le désir minuté
la voie sourde des fleurs
encore sous la terre

je suis une vasque qui ignore son vin
une écorce de pain avide de la dent
qui le rompra encore
je suis lèvre scellée d’un baiser à venir
lourde d’enfants abstraits des caresses de leur mère
levain resté en rade à l’aune du pétrin

 

 

Photographie : Maniguette (Christiane de Rémont)

10:32 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : poésie, pain, vin, or |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

17/02/2009

l'inconsolable joie

Je termine le livre d'accompagnement à la fin de vie, "Ceci est mon corps", de Gabriel Ringlet. C'est une histoire personnelle, intense et douloureuse, mais aussi pleine de reliance et de vie, d'une grande poésie du quotidien, et à certains moments, au toucher granuleux de joies.

Envie de citer cette question qui me rejoint là, exactement, là où se niche la fibrille de lumière qui me permet de rester debout, toujours :

"Comment dire l'inconsolable joie, la violence de l'espérance quand on se sent porté par une présence qui appelle à une présence plus large encore?"

 

flying crumb trail

"Ceci est mon Corps", Gabriel Ringlet, Albin Michel, 2008, p.203.