Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2009

sur le premier tranchant de la croix

sur le premier tranchant de la croix
on signe la peur
sur le second
la réconciliation
entre soif et satiété

quand je la fais sur ton front
mon bébé
je veux conjurer ta fièvre
et tout ce qui emporta tant d’innocents
depuis que
et malgré que
cette croix
enfila l’espérance
dans le chas de la mort.

Sky network 

11:16 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (4) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

site d'Annaëlle

Pour les amis intéressés, le site d'accueil d'Annaëlle est en ligne ici :

 

http://users.skynet.be/amedefond/annaelle/

10:55 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

18/01/2009

ton tout premier berceau

voici et je demeure dans l’infra parole
là où aucun mot, là où aucun son
estomaquée sous le jet du caillou
dense de te vivre ma douce

tu n’as rien dit, une seconde,
puis toute ta peau a vagi
contre la courbe de mon cou
ton tout premier berceau
ma chair en tremblement de mère
secousse de souffles
pour toi l’expulsée vive
je reste coincé dans un simple
bonjour

depuis,
je demeure à la porte
bouche en suspens car il me faut te boire
pour te croire

on m’a remis des
bans à proclamer
peints à la plume sur de longues écharpes
qu’on tire de mes poches
pour enrouler les tailles des mères,
les épaules d’enfants
et tous parlent
et tous rient
sautillent comme des cabris furieux de montagnes
tant que
des places publiques surgissent sous leurs rondes
tandis que des kiosques grondent cents trompettes
leurs cavalcades ont forgé ton nom dans la terre
réponse au cieux qui s’effrangent
cristal par cristal

tu croîs à demeure sur mon ventre
je mastique le temps
souffle une bulle
demain est hier
aujourd’hui dégèle sur mon seuil

mandorle et nielle

 

et me voila, infra chant, infra verbe
ta trop prolifique vie d’ange
vissée à mon buste, à mes bras de cocagne
à mon regard tes nielles noires
ou suivant de l’oreille
mes concrétions de soupirs
mes quatre mots doux, mes trois chants pour
désoler le mutisme
de mon amour

ta main accroche une sentinelle
à ma clavicule
le lait décharge son impatience
dans mon sein

me voici

16:48 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : naissance, bébé, berceau, accouchement, allaitement, amour |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |