Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2010

noli me tangere

main suspend ton geste

ô mon amie rappelle tes oiseaux gantés

de fièvre

mon corps encore est ténu

fétu troué de la transparence de l’aube

que tous diront nouvelle

mon épaule encore brûlerait de l'odeur verte

de tout ce qui transperce la terre leurs cris

et fermenta dans le sillage de mon calvaire

Lire la suite

23:18 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : pâques, noli me tangere, marie madeleine, main, matin |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |