Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2009

l'inconsolable joie

Je termine le livre d'accompagnement à la fin de vie, "Ceci est mon corps", de Gabriel Ringlet. C'est une histoire personnelle, intense et douloureuse, mais aussi pleine de reliance et de vie, d'une grande poésie du quotidien, et à certains moments, au toucher granuleux de joies.

Envie de citer cette question qui me rejoint là, exactement, là où se niche la fibrille de lumière qui me permet de rester debout, toujours :

"Comment dire l'inconsolable joie, la violence de l'espérance quand on se sent porté par une présence qui appelle à une présence plus large encore?"

 

flying crumb trail

"Ceci est mon Corps", Gabriel Ringlet, Albin Michel, 2008, p.203.

04/01/2009

Avant et... après le 2 janvier

Le coeur de l'attente :

IMG_3936.JPG

 

 

 

 

Annaëlle, 2 janvier 2009 :

IMG_4036.JPG

 

 

 

 

 

 

 

31/12/2008

Planter l'attente...

Je suis en congé et pourtant, ce blog est resté sans nouvelles.

Sans doute car l'attente remplit mes jours, l'attente de la venue de l'enfant, la troisième petite fille qui peuplera notre univers.

L'attente sembla prendre fin vendredi dernier, lorsque le travail se mit en route, mais non, quelques heures plus tard tout s'arrêta là. Et nous voici la veille de 2009 et cette enfant sans doute sera de janvier comme prévu.

Attendre un enfant, une vie nouvelle, rencontrer son premier visage, son regard tout encore imprégné des ombres rouges du dedans de moi, attendre.

Une sorte de parenthèse entre tous les temps et justement dans ce temps de l'année qui a de toujours été une parenthèse au Temps lui-même. Lieu où l'on fête un temps de trève, où la folie ressurgit des profondeurs de l'âme, où l'on quête la paix des coeurs à défaut de paix sur terre, de rencontre, retrouvailles, offrandes. Un temps où ici le gel a pris une part dans l'immobilisme et le frein aux activités.

Tout est en attente du grand déchirement de vie, de la reprise folle des jours qui se succèdent.

 Il n'est jamais trop tard pour vous souhaiter un Joyeux Noël, car son temps court longtemps avant et après dans nos foyers, parmi nos amitiés, dans notre envie d'un monde meilleur.

 

2129189353_015b58293c.jpg?v=0

Il est encore temps de vous souhaiter une année 2009 qui fasse mentir les prédictions fatalistes. L'homme n'est jamais potentiellement en crise, même si le monde l'est par la force des choses. L'homme donne le meilleur de lui-même quand il doit faire face et je suis certaine que la joie peut briller dans chaque jour même les plus sombres. Vous êtes tous des ouvreurs de ciels. Poètes, musiciens, parents, fils, filles, amis, peintres, photographes, passants aux pas de désirs.

 

Bientôt je serai libérée d'une des attentes les plus longues de cette année. Mais tant de projets n'attendent que cette heure pour enfin se révéler, il y a tant de choses créer, à nourir, à élever. Dont nous-mêmes.

Soyez en joie profonde, je vous le souhaite à tous.

 

08:12 Publié dans Le temps bouge, nous bougeons aussi en lui | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : noël, 2009, joie, voeux |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |