Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2009

visions croisées

Je lis ceci ce matin sur le blog d'Alina Reyes :

"Cette nuit j’ai vu en rêve une grande et puissante tigresse, décharnée, debout, allaitant un petit squelettique. Son visage nu, qui avait perdu ses couleurs comme tout son corps, était d’une force d’expression et d’un tragique intenses. Exigeant le regard, et contre la terreur le courage et la responsabilité.
La vision m’a réveillée."

Alors, je revois la nouvelle "Poitrail" écrite il y a peu, et j'y vois comme un écho hors temps...

Juste l'extrait central qui s'y rapporte :

"Puis est venue le temps où l’homme sans barbe et sans sandale a glissé son bâton dans l’embrassure de la tente des plus jeunes filles. Il l’a désignée et l’a guidée, sans un murmure, sous le grand Bouleau. Il a ordonné à aïa de tondre trois brebis dont elle a cardé la laine. Puis, après en avoir enlevé la graisse et toutes les impuretés, elle l’a modelée en une longue tunique. Ensuite, elle s’en est vêtue. Alors, elle a égorgé la plus ancienne des brebis, au ventre sec, dans lequel plus aucune eau primordiale ne viendra donner vie à un jeune agneau. Et du même couteau qui lui avait servi pour la tondre, elle l’a égorgée. Sans attendre que le sang ne tiédisse, elle l’a vidée, et a tiré sa peau. Du même couteau encore, elle a raclé la chair, jusqu’à ce que le cuir en soit lisse et doux. Au matin de ce labeur, sa tunique était plus rouge que beige. Elle a fait sécher la peau, tendue entre quatre piquets. Sinon qu’elle la baignait chaque jour de ses urines. Pour la faire blanchir comme le lait. Au quarantième jour, elle a quitté la tunique impure pour revêtir la tunique de peau. Et le passeur est revenu vers elle.

La nuit est une. Qui sait son commencement puisé aux commencements des siècles, là où le Dieu du premier des pères de son père a promulgué l’ombre qui couvre tous les noms. Qui sait sa fin cherchée dans le silence, là où la voix du Dieu des derniers des enfants de son enfant ne cesse de rebondir. Durant quarante jours elle est restée au bas de la colline en attendant l’homme sans barbe et sans sandales. Son passeur. Et la voila maintenant seule, ou presque, foulant le chemin des quatre tentes. Son bébé, son sans nom, collé à sa poitrine, elle avance au milieu des ténèbres.

Dans la première tente, un trou au sol, œil noir dans le noir. Elle doit puiser l’eau des origines. Le puits déroule sa corde si longue si longue, qu’il lui faut le quart de la nuit pour ramener un seau d’eau obscure où tremble une pépite. Le passeur prend le sans nom, l’enfant qui dort contre son sein, le dépose dans le seau vidé. Déroule la corde dit-il. Et quand Haïa hurle, il substitue son souffle par un chant double. Elle parle maintenant pour l’enfant et pour elle. Haïa lâche le seau, et ses larmes sont noires.

Dans la deuxième tente, un lionceau, fourrure d’or dans le feu. Elle doit l’abreuver de son sein. Il a si soif, dit HaYa. Tant qu’il lui faut un quart de la nuit pour que le fauve s’endorme repus sur son giron.

Dans la troisième tente, un trou au ciel, œil clair dans le noir. Elle doit puiser l’eau d’en haut. Rien de ce qu’elle admire n’est plus grandiose, les étoiles défilent, soudain proches à un doigt, puis lointaines comme mille déserts entre elles. Enfin, au trois quart de la nuit, un seau en descend rempli d’eau clair où baigne son enfant. HaYHa lui chante une comptine à deux voix pour qu’il se reconnaisse. La joie efface la peur.

Vient la dernière tente. Brasier déchiré d’une gueule, une lionne y rugit en peine de son petit. Va mets-lui l’enfant au sein, dit le passeur. Me le rendre pour me l’ôter encore, dit HayHa, non c’est trop. Qu’elle me nourrisse moi ! Soit dit le passeur. Un quart de nuit encore, HaYHaï dégage ses membres ankylosés des pattes de la bête, sa tunique y reste accrochée et la dénude entièrement. Parée de sa seule descendance, elle sort à la rencontre de l’aube.

L’Epoux t’attend, dit le passeur. Une vision d’argent, quelques feuilles blanches qui frissonnent. Soulever le pan de toile qui ferme la tente. Trop de lumière. "

12:04 Publié dans Roles et rituels | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tigresse, lionne, bébé, alina reyes |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

20/03/2009

Poitrail

Pour Marie-Louve, quand elle pourra le comprendre, en espérant qu’elle garde d’ici là ses rêves intacts.

 

---Poitrail ---


Acte 1 - Trouvaille.

Boîte 567, expédition Shemland, Année 1999.

Deux vasques en poterie rudimentaire, de terre séchée et sans cuisson. Forme large et oblongue de la base surmontée d’un grand col haut de 30 cm. Aucun vernissage, probablement peu d’étanchéité. Date estimée : 10.000 ante J.C. Décoration : motifs prolifiques sur l’une contrastant avec une parfaite sobriété de l’autre. Les dessins mi abstraits mi figuratifs semblent de nature hiéroglyphique. La répétition de certains motifs de manière non symétrique pourrait relever à la fois d’une expression symbolique et narrative. Langue non identifiée. Contenu vide, ni poussières, ni résidus (sondé à l’aide d’une micro caméra). Certainement de fonction rituelle plutôt que pratique. Trouvées en couche 5, enterrées tête-bêche, au pied de la pierre dressée centrale.



La table est bancale et la lumière verte de l’antique lampe de bureau tombe de biais sur un fatras de carnets et de plans. Un bras appuyé sur le bord, l’autre tendu pour mettre sous le faisceau une des vasques étudiées, Lucien se tient dans cette posture moitié assis, moitié dressé qui préside toujours à ses recensements. C’est un travail ardu, que beaucoup d’archéologues dénigrent, préférant l’instant de la découverte sous le grand soleil poussiéreux des champs de fouille, à cette solitude de l’archivage des objets exhumés. Lucien est rigoureux, scrupuleux presque. Il note le moindre détail ainsi qu’il l’a toujours fait, de la même manière qu’il l’enseigne à ses étudiants, parce que c’est ainsi que son maître lui a appris à le faire. Lucien pense d’ailleurs qu’il est devenu plus méticuleux que lui, à la longue. Cinquante ans demain, dont trente-cinq passés sur des lieux de ruines, des déserts de pierres, des vestiges avérés ou simplement présumés. Et plus de la moitié à décrire, étudier, mettre en relation les objets et l’histoire, les plans et les thèses.

- Professeur Shemland, il va falloir terminer, je ferme dans cinq minutes !

La voix de l’appariteur a surgi à une cinquantaine de mètres de là, du couloir menant aux ascenseurs. Quatrième sous-sol sous la facultée de Philo et Lettres… ici, le soleil ne vous dit pas quand il est l’heure de rentrer. Lucien laisse tout en place, il reviendra demain, encore, pour clôturer. Mais avant de passer la porte, il se ravise. Quelque chose qu’il n’a pas vu lors des fouilles, quelque chose qui le fait revenir encore et encore vers ces deux vasques inhabituelles. Il le sait, il l’aurait sur le bout de la langue si c’était un mot. Il a la conscience de côtoyer une exception. Sous leur apparente banalité, ces vasques content une histoire et cette fois, il donnerait dix ans de fouilles pour la connaître. Il caresse les caractères, sensuellement. Tout l’enjeu de son métier se résume à ce simple toucher. Il tremble de le réaliser, fragile soudain.

-Allez, raconte-moi….

Un cliquetis impatient de clés dans le couloir. Il sursaute, tourne le pas. La faible lumière du plafonnier s’éteint.

*

Acte 2 : Poitrail


aïa est belle comme un germe de blé. aïa a la peau qui croustille lorsqu’on lui lisse la joue. C’est la poussière déposée sur sa sueur puis séchée qui fait ce petit bruit. Dessous, son visage est doré. Son nez fier. Sa natte haute tressée sur son crâne. aïa aujourd’hui « passe ». L’Epoux l’attend entre les quatre tentes des quatre âges. aïa a toujours nommé cet endroit le non-lieu. Il n’existe que si l’on s’y rend, c’est ainsi que son passeur lui a appris à le désirer.

La nuit monte à une allure de chevreau vers les mamelles gonflées de sa mère. Le soleil se distend, il devient gros de feu à l’approche du passage sous la ligne des terres. Rejoindre les eaux primordiales n’est facile pour personne. Alors aïa le contemple avec sympathie, comme un frère ami qui lui ouvre la voie. La nuit monte et envahit tout. Et la distance de sa main gauche à sa main droite s’efface tant qu’elle ne sait plus si elles sont jointes ou ballantes. Cette nuit s’avance sans ses parures de lune et d’étoiles. Ainsi l’a voulu le passeur comme son passeur avant lui en avait décidé. aïa sait le moment proche comme pouvait l’être la tête de l’enfant à naître entre ses jambes. Elle chancelle de peur.

Toute cette année durant, au fil des travaux de cueillette, de cuisine et de maternité, de nombreuses histoires lui sont venues aux oreilles. Chacune dessinait du passage une autre couleur, une autre issue. N’écoute pas disait le passeur, tu n’affronteras que ton nom. Unique et dissemblable, aucune histoire ne te rassemblera.

Puis est venue le temps où l’homme sans barbe et sans sandale a glissé son bâton dans l’embrassure de la tente des plus jeunes filles. Il l’a désignée et l’a guidée, sans un murmure, sous le grand Bouleau. Il a ordonné à aïa de tondre trois brebis dont elle a cardé la laine. Puis, après en avoir enlevé la graisse et toutes les impuretés, elle l’a modelée en une longue tunique. Puis, elle s’en est vêtue. Alors, elle a égorgé la plus ancienne des brebis, au ventre sec, dans lequel plus aucune eau primordiale ne viendra donner vie à un jeune agneau. Et du même couteau qui lui avait servi pour la tondre, elle l’a égorgée. Sans attendre que le sang ne tiédisse, elle l’a vidée, et a tiré sa peau. Du même couteau encore, elle a raclé la chair, jusqu’à ce que le cuir en soit lisse et doux. Au matin de ce labeur, sa tunique était plus rouge que beige. Elle a fait sécher la peau, tendue entre quatre piquets. Sinon qu’elle la baignait chaque jour de ses urines. Pour la faire blanchir comme le lait. Au quarantième jour, elle a quitté la tunique impure pour revêtir la tunique de peau. Et le passeur est revenu vers elle.

La nuit est une. Qui sait son commencement puisé aux commencements des siècles, là où le Dieu du premier des pères de son père a promulgué l’ombre qui couvre tous les noms. Qui sait sa fin cherchée dans le silence, là où la voix du Dieu des derniers des enfants de son enfant ne cesse de rebondir. Durant quarante jours elle est restée au bas de la colline en attendant l’homme sans barbe et sans sandales. Son passeur. Et la voila maintenant seule, ou presque, foulant le chemin des quatre tentes. Son bébé, son sans nom, collé à sa poitrine, elle avance au milieu des ténèbres.

Dans la première tente, un trou au sol, œil noir dans le noir. Elle doit puiser l’eau des origines. Le puits déroule sa corde si longue si longue, qu’il lui faut le quart de la nuit pour ramener un seau d’eau obscure où tremble une pépite. Le passeur prend le sans nom, l’enfant qui dort contre son sein, le dépose dans le seau vidé. Déroule la corde dit-il. Et quand Haïa hurle, il substitue son souffle par un chant double. Elle parle maintenant pour l’enfant et pour elle. Haïa lâche le seau, et ses larmes sont noires.

Dans la deuxième tente, un lionceau, fourrure d’or dans le feu. Elle doit l’abreuver de son sein. Il a si soif, dit HaYa. Tant qu’il lui faut un quart de la nuit pour que le fauve s’endorme repus sur son giron.

Dans la troisième tente, un trou au ciel, œil clair dans le noir. Elle doit puiser l’eau d’en haut. Rien de ce qu’elle admire n’est plus grandiose, les étoiles défilent, soudain proches à un doigt, puis lointaines comme mille déserts entre elles. Enfin, au trois quart de la nuit, un seau en descend rempli d’eau clair où baigne son enfant. HaYHa lui chante une comptine à deux voix pour qu’il se reconnaisse. La joie efface la peur.

Vient la dernière tente. Brasier déchiré d’une gueule, une lionne y rugit en peine de son petit. Va mets-lui l’enfant au sein, dit le passeur. Me le rendre pour me l’ôter encore, dit HayHa, non c’est trop. Qu’elle me nourrisse moi ! Soit dit le passeur. Un quart de nuit encore, HaYHaï dégage ses membres ankylosés des pattes de la bête, sa tunique y reste accrochée et la dénude entièrement. Parée de sa seule descendance, elle sort à la rencontre de l’aube.

L’Epoux t’attend, dit le passeur. Une vision d’argent, quelques feuilles blanches qui frissonnent. Soulever le pan de toile qui ferme la tente. Trop de lumière.


*

Acte 3 : Sonnailles




A l’heure pile, le carillon se met en branle. Le nom de la mélodie est inconnu du professeur, sinon qu’elle lui rappelle celle de la publicité « Confiture Bonne maman ». C’est radical, dès les premières notes sonnées, il ne peut s’empêcher de l’entonner mentalement. Le carillon cesse sa brève ritournelle, amputée de la chute « C’est la confiture que j’aime tant ».

- Pardon ? Vous disiez professeur Shemland ?
- Moi ? Rien… C’est déjà ouvert ?

Le préposé à la réserve masque son amusement en s’absorbant avec application dans le tri de son trousseau.

- Voila qui vient, professeur

On dirait un gardien de prison, pense soudainement Lucien, ou un passeur…

- Oui, c’est cela ! Un passeur !!
- Pardon ? Vous disiez professeur Shemland ?
- Rien, j’ai juste rêvé… enfin si, quel est votre prénom encore ?
- Moi ? … Petrus, pourquoi ?

Mais Lucien a déjà poussé la porte métallique. Son rêve lui monte des pieds à la gorge, coince un peu sur les détails. Mais cette fois, il n’a pas de doute. Il se rue sur la vasque ornée, qu’il saisit d’une main tandis que de l’autre il allume la lampe de bureau. Et ses yeux voient ce que son songe lui a raconté. Quatre triangles pour quatre tentes. Un arbre sous la colline, un à son sommet. Un rond noir et un rond clair, pour les deux puits. L’un d’eau, l’autre au centre d’une constellation. Une lionne, un lionceau. Un bébé, une femme nue. Les deux globes de sa poitrine. Un homme sans barbe ni sandale, bâton brandi… Lucien tremble, il lit sur ce vase une histoire vieille de dix mille ans. Il est fébrile, il vérifie chaque détail, tout correspond. Il tient sa découverte, un rite de passage préhistorique, expliqué comme s’il en avait été témoin. D’ailleurs, il l’a été… Lucien part d’un rire stupéfait….Un scoop dans son métier, le couronnement de sa carrière.

Oui, mais… Un doute le cisaille soudain. Le rêve est-il intuition ou fantasme calqué sur les motifs étranges ? Non, cela ne se peut. Lucien rumine : HaYHaï, quelle est ta dernière lettre ?

Par la porte mal fermée, un courant d’air fait frissonner la grande feuille calque où les caractères de la vasque sont reproduits. Puis vient un claquement de porte et de nouveau une secousse d’air qui emporte ses notes. De surprise Lucien lève le bras. La vasque n’est plus que tessons épars sur le sol. Juste avant d’éclater elle et l’ampoule ont fait un grand « Bop » dans un jeu d’étincelles du plus bel effet.

Par terre, de fines pellicules argentées côtoient les bris de poterie. Des pelures d’écorces, six peaux fragiles, un miracle de conservation. Et sur chacune, un caractère dessiné. Les toucher et elles retourneront à la poussière, Lucien le sait pour en avoir fait souvent l’expérience durant ses années de fouilles. Alors, il se saisit de l’appareil photo argentique, vise à raz de sol. Un grand flash jaillit qui calcine les restes végétaux. Mais Lucien n’est déjà plus dans la pièce. Il file, l’appareil collé contre son torse, sous son pullover. Il est déjà dans la rue. Le photographe ouvre à 9 heures pile. Lucien chante à tue-tête : « Confiture Bonne-maman, c’est la confiture que j’aime tant »

*

Cette nouvelle a été écrite suite à un jeu d'écriture initié sur l'auberge de ragueneau ayant pour thème "Petits rituels sacrilèges", du titre d'un recueil de Werner Lambersy. Pour lire les autres magnifiques contributions, ou participer à votre tour, suivez le lien

22/04/2008

récit long - extrait 6 - Chez Myriam

(…)

 

Si elle se fiait aux conseils de Myriam, la route ne serait plus longue. La voisine aux pommes l’attendait – peut-être – un de ces jours, enfin l’invitation avait été répétée et répétée souvent. Surgie de nulle part il y avait à peine deux semaines, Myriam s’inscrivait maintenant dans l’Arbre d’Esprits de la famille, ces trames de filiation tressées rituellement par les filles. Sur le mur de leur chambre, la tapisserie toujours en devenir, s’allongeait vers le bas, composée de bouts de ficelles, écheveau de laines et lanières de lin, en des motifs abstraits, où se glissaient les noms des élus, des pelures de crayons ou des écorces, des menus objets maraudés aux sacs d’amis.  

 

(…)

 

Dans son rétroviseur, les lignes des cimes formaient des virgules gobées par le ciel, et d’autres virgules suivaient. Elena s’arracha à cette hypnotique observation et hocha la tête en signe d’assentiment. Par ce voyage contournant la forêt, sa vaste densité arpentée par le flanc gauche, Elena pourrait relier les deux pôles de cette circulation étrange de la sollicitude. Elle pourrait, lui semblait-il, mesurer l’amour, où ses prémisses, en empans exacts, ne sachant pourquoi il lui était maintenant devenu nécessaire de quantifier l’inquantifiable, de soutirer au plus immatériel l’énoncé de son poids.  Bien sûr, elle ne le consignerait nulle part, elle savait néanmoins que cela comblerait d’une passerelle le néant qui la séparait maintenant de tout météorite humain.

 

A l’issue d’un raidillon, elle surplomba l’orée et sut qu’elle était en vue de la propriété sans avoir à vérifier son plan ni les indications routières.

 

De hautes haies taillées enclosaient une bâtisse dont on devinait, au travers des feuillages, les murs de grès et de schistes mêlés. Pour pénétrer dans le jardin, Elena du laisser la voiture sur un emplacement de terre durcie où le véhicule de Myriam était déjà stationné. Une allée étroite tenait lieu d’entrée. Elle était pavée de granit en demi-cercles et aménagée en un tunnel de buissons persistants, éclairée uniquement par son débouché et ce, malgré le grand midi qui dardait alentour. Arrivée à mi-chemin de ce boyau vert, Elena dut s’arrêter, stupéfaite de l’absence totale de son et de l’envahissement inverse des senteurs chargées de terreau et de mucus. L’aphonie dura quelques dizaines de secondes ; Elena, tétanisée, ne percevait même plus son propre souffle. Puis vint le chant d’un merle et par delà une voix s’adressa à elle d’un lieu qu’elle eut dit vaste, peuplé d’une assistance nombreuse mais discrète : - « Que ceux qui ne supportent pas, sortent ». Le silence se refit et il ne sembla pas à Elena qu’elle ait quoi que ce soit à dire pour le rompre à nouveau.

 

Une fine toile, fraîchement tissée par une épeire, tremblait dans l’expire d’un filet venteux. Des particules de bruine la tapissaient, chacune réfractant un minuscule prisme scintillant. Elena du la rompre, doigts en proue, écarter les deux pans collants pour émerger enfin hors du passage.

 

Face à elle, des massifs continus de rosiers bordaient la maison. Certains grimpaient sur plusieurs mètres, offrant toutes les variétés de couleurs. Sur la dextre, un jardin d’hiver au toit élégamment bombé s’allongeait jusqu’à l’orée du bois et créait l’unique connexion avec le territoire ombrageux. Le reste du domaine, qui donnait l’impression d’être plus large qu’il ne l’était en réalité, témoignait d’un savant entretien, sans une once de désordre sylvain ou d’asymétrie de ramures. C’était bien l’autre côté de sa terre, à seulement quelques kilomètres, son parfait ponant, l’opposé manifeste de son terrain.

1041393051.JPG

Était-ce une curiosité ambigüe qui avait poussé Myriam à lui rendre visite la première fois ? Elle en entrevoyait à présent la possibilité. Elena se tenait coite, plantée devant ce décor comme Alice venant de traverser le miroir. Le sentiment d’irréalité qui l’avait rejointe dans le tunnel ne l’avait pas tout-à-fait quittée, même si tout dans cette vue inspirait une quiétude feutrée.

 

Un braiement éventra l’air. Elena sursauta : l’âne devait être proche, mais elle ne voyait devant elle aucun espace qui aurait pu accueillir un animal de pâture. D’autres cris, plus répétés, la guidèrent dans sa marche jusqu’à dépasser l’angle gauche de la maison. Il y avait bien là une prairie et un abri en dur à l’angle duquel remuaient deux grands ânes aux pelages frisés. Un troisième déboucha de derrière l’abri accompagné de Myriam qui lui enlaçait l’encolure.

 

De nouveau, et comme à chaque fois, la magie de la présence de Myriam opéra. Elena se dirigea vers la jeune femme d’un pas allégé. L’élan premier qui l’avait tirée de son lit, ce matin, l’avait reprise intact. Myriam n’eut besoin d’aucune parole pour l’accueillir, son sourire heureux et entendu suffit. Elle lui passa l’hanse d’un sceau d’eau et Elena comprit qu’elle lui proposait d’abreuver les plus jeunes ânesses. Car il lui apparaissait à présent qu’il s’agissait là de deux femelles et de leur mère.

 

- « Comment s’appellent-elles ? »

 

- « La plus claire : Hestia, la plus ronde : Hélia et  leur mère : Hermesine. Mais si c’est ainsi que je les désigne, les noms qu’elles se donnent entre elles sont bien différents, crois-moi.»

 

(…)

 

 « Tu prendras volontiers un thé ? »

 

Elena sourit à la proposition. Cela ne l’étonnait guère que Myriam fasse partie des adeptes d’infusions et de tisanes en tous genres. Elle était certaine qu’on trouvait aussi dans sa cuisine un confiturier rustique débordant de pots de gelées et marmelades étiquetées avec soin. Que son détergent était bio, ses plantes engraissées de mixtures d’algues et qu’elle diffusait des huiles essentielles d’oranger le soir venu pour affronter les nuits avec le potentiel de quiétude requis.

 

Le salon possédait les charmes des demeures de maître : classique, aérée, aux plafonds hauts et moulurés, le mur latéral pourvu d’un foyer de style surmonté d’un miroir 18ème. Le plus frappant fut la transparence de l’air, la grande clarté malgré les mois d’automne, offerte par ces fenêtres en triptyques à croisillons peints de blanc. Par-dessus les baies, une lucarne en demi-lune, partagée de rayons sertis de vitraux or, bleu roi et carmins, distribuait des auréoles de couleurs sur tous les meubles.

 

Elena s’enfonça dans un fauteuil, tapissé de fleurs grège et olivâtres. C’est alors que la voix entendue un peu plus tôt, lors du « passage », lui revint en mémoire. Repousser toute angoisse, immédiatement :

 

-«  Tu vis seule ici ?»

 

- « C’est vrai ». La réponse de Myriam vient dans un murmure, du tac au tac. Il était évident qu’elle s’attendait à la question, qu’elle n’avait peut-être attendu que cela depuis très longtemps.

 

Myriam disposa un plateau lavande sur la table basse, versa l’eau bouillante dans les tasses apprêtées de  sachets. Une volute de vapeur s’éleva dans un rayon de soleil transmué de rouge et d’orangé. Ses gestes d’offrande, son visage à l’ovale doux, les paupières abaissées vers le plateau, ses épaules étroites courbées, ses cheveux blonds pointant leurs courtes mèches en surplomb de ses mains, tout fut nimbé de ce halo impalpable. Une icône, se dit Elena.

 

- « Du sucre ?  Du miel ?»

 

-  « Laisse, je vais le faire… Tu as toujours vécu ici ? »

2115386239.JPG

 

 

Myriam pivota la tête brusquement vers la baie arrière d’où l’on percevait l’orangerie mangée par les bois. Elle s’assit, mais sa main tremblait un peu.

 

-« Non, mais j’y suis née »

 

- « … »

 

 

12:54 Publié dans Roles et rituels | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : roses, thé, âne, lumière |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |