Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2014

la guerre hantait nos premières paroles

 

74300806.3.jpg

 

Quel que soit le voyage

on emportait avec nous la voussure du ciel

et les eaux du dessous

cosmos échoué

dans un dessin d’enfant

 

l’arche d’alliance se déclinait

par l’inflexion d’un détail

sur la bouche épuisée

d’incompréhension

 

nos mains innovaient le vide

où se jetaient tous les ruts hennissants

nos ventres disparaissaient dans le serrement

d’une justice affamée

nous déglutissions la peur avec la foi

 

je le savais désormais

il serait imprudent de croire seuls en l’autre rive de Dieu

en cette étendue de plaisir

puis à tous ces anges rassasiés

face à la mémoire des pauvres

solidifiée d’un poing

contre leur bouche

 

la guerre hantait nos premières paroles

et à son approche

les seuils de nos maisons balbutiaient

dans des langues fourbues assoiffées

délestaient leur gorge des déserts

et l’attente

foisonnait dans leur pas

 

nous échangions des nuits

sonnantes et trébuchantes

pour de maigres boissons

bues dans des syllabes ouvertes résineuses

un peu croquantes comme ce sel

sous nos pieds

 

et leurs rides en captaient les ondes

et l’âge du monde n’importait plus

 

alors l’espérance

changeait d’heure

et de maison

           

12/09/2010

pour le retour rapide de la poétesse Anne-Lise Blanchard, arrêtée en Russie le 26 août 2010

un blog que tout le monde espère "provisoire" a été créé et permet de suivre se qu'elle vit et comment elle a été traitée. Permet aussi de comprendre comment on bascule de la liberté à des zones où le droit est aléatoire.

Apposez-y des commentaire, soutenez moralement la poétesse Anne-Lise Blanchard retenue en Russie depuis plus de quinze jours pour "raisons administratives". Faites du bruit sur vos blogs, sites, espaces pour que ça bouge et qu'elle puisse rentrer. Son témoignage - édifiant - à lire sur ce blog provisoire.

 

AnneLiseBlanchard.jpg

 

 

(...)

"Je suis transférée sans autre explication dans les locaux de la Police de la Région de Smolensk. Youri est définitivement évincé. Il me dira plus tard qu'on l'a assuré que je pouvais passer la nuit allongée sur un banc. En fait, on me demande de me dépouiller de ce que j'ai - je refuse de me séparer de mes carnets, stylo, livre, bref, cela fait tant de choses que je pars en cellule. J'y retrouve la jeune Géorgienne. Dans la cellule, une table et deux chaises fixées au sol. La lumière reste éclairée toute la nuit. Mon dernier repas remonte à plus de 24 heures, je n'ai plus rien à boire depuis 12 ou 16h. Youri et Elena parviennent à me faire parvenir boisson et léger repas, d'ailleurs suffisant dans ces conditions. Détail qui devient une affaire : il n'y a jamais de papier dans les toilettes qui d'ailleurs ne ferment pas - peut-être est-ce ainsi dans tous les lieux de détention ?
 
Deuxième nuit assise, sous la lumière. La télévision hurle, cela aide les gardiens à passer la nuit. Je finis par dormir quelques heures à l'approche du matin, à califourchon sur ma chaise. Samedi matin, retour au batiment de la police des frontières. Une journée passe, sans que rien ne se passe. A la fin de l'après-midi, arrive une autre interprète à peine plus experte que la première, pleine de bonne volonté, suivie de l'avocate commise d'office. J'en informe la vice-consul. Le chargé d'affaires du Consulat me conseille de prendre un autre avocat, il me communique deux adresses de cabinets. Mais à 18h et sans interprète, j'estime qu'il est inutile de rien essayer." (...)


http://suitemoscovite.over-blog.com/

09:08 Publié dans droits humains, foi de l'homme | Lien permanent | Commentaires (5) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

22/06/2010

Venir en aide à Nathalie Riera

n1762656948_4098.jpg

 

Je vous répercute cet appel urgent et nécessaire pour Nathalie Riera et sa famille (son compagnon et son fils de 7 ans) dont tous les biens ont été submergés par les flots dans le Var. Ils ont tout perdu sauf leur vie et celles de certains de leurs animaux.
Nathalie Riera fait partie des auteurs publiés dans Diptyque. Elle anime seule une revue numérique mensuelle consacrée à la poésie, la littérature et les arts que certains d'entre vous connaissent sans doute sous le nom de carnets d'Eucharis. http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/archive/2010/06...
Nathalie a aussi publié un recueil sur publie.net, ClairVision. http://www.publie.net/tnc/spip.php?article274

Lire la suite

14:10 Publié dans droits humains, foi de l'homme | Lien permanent | Commentaires (0) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |