Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2008

Quel écrivain êtes-vous?

http://paginaire.free.fr/html/test.htm

UN petit test pour rire, sur le site de PAGINAIRE, un atelier d'écriture de Toulon.

 

Je l'ai fait, cela m'amuse ( les questions sont jolies aussi, ça aide). la réponse est peu être un peu simpliste et trop flatteuse ;-)

 

Je suis "CIGALE :

Vous écrivez pour le plaisir, pour raconter et partager votre vécu. Votre écriture vive et limpide va de pair avec vos dons d'observation.

Vous êtes doté d'une nature riche et poétique, propice à des élans glorifiant le simple, l'authentique. Vous êtes sincère, vous n'écrivez ni pour l'argent ni pour la gloire.

Votre style fluide séduit qui vous lit ou vous écoute,car avant tout vous êtes un conteur."

16:28 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : test écriture |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/06/2008

Pourquoi ne pas faire un tour...

là ? :

 44492060614105049.jpeg

http://aubergederagueneau.blog4ever.com/blog/forum-44492....

Dans le "relais-étape" des vacances,

Une magnifique nouvelle d'Isabelle Servant à lire, entre le jardin et la chapelle musicale,

 une autre de Stéphane Méliade, "Les bêtes tombées des branches"

une troisième de votre clepsydre,

 une suivante de vous? Essayez-vous!

 

Vous aussi vous adorez le Spam? il vous inspire?

Venez vous défouler en lisant cette autre nouvelle de Stéphane , "Babyliss in Baylon"...

 

 

17:55 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nouvelles, stéphane méliade, isabelle servant |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/05/2006

D'attente



j’avais bu
et de l’eau plus
savamment que le vin

j’avais sentinelle aux lèvres
liguées de feux tus
quant à ta main :

une course vaine de mille lieues
un cheval tombé naseaux aphones
une mer étrillée sous le ventre blême
un ruban de cailloux damnant pieds

j’avais bu
et j’alanguissais l’heure
te savoir près

mais ta main
et ma main
l’infini n’y suffirait plus

je perds souffle encore
cette tension mon bras en gonfle
ma main sans phare
égarée sur la table

et toi masse tellement humaine
d’attente et de vœux

et moi perdue entre l’ici soif
et toi-là chair
chiffonnade d’effroi
sous ma paume

10:18 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |