Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2008

matin d'automne

The coming light - Lumière naissante

 

Etre dans ton nom, Amour,

Etre dans ton nom et survenir soif,

Survenir soif et clamer toi

Clamer toi et devenir fontaine

 

20:00 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : poésie, littérature, florence noël |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

17/09/2008

Ce sont des gens étranges

matin de septembre

Ce sont des gens étranges
elle, elle est fragile
un papier de glace pilée
question peau
souvent pas ou trop de mots, trop
ce vêt des simples
les bottes aux pieds
la brisure dans l’attitude
mais glissée dedans la joie des siens
quand même


lui, il promène son raz de barbe
ses brouillards aux yeux
des matins des soirs
hésite
cherche à éblouir sans fard
le sourire trébuche
souvent il sent l’oreiller
à la fin de la conversation
toujours,
son port de tête est plus haut


leurs enfants sont éveillés
l’année dernière
la plus jeune est venue vers moi
pâle posée
traversant une foule de parents
la main tendue droite
je suis enchantée de faire votre connaissance
a-t-elle dit

elle allait vers ses six ans

23:36 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (7) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/09/2008

Extrait d'"initiation au crépuscule"

c’est peu dire qu’il fait froid
froissement de paupières et lit d’humus rougi
les pluies passent sur la pointe des pieds
tout comme les années



les soirs se moutonnent
puis ma prière glisse mate
au galbe des bougeoirs
faudra-t-il rallumer les chandails
sur le ventre étiré
des saisons accomplies ?

Automn clue - indice d'automne



j’attends que tu me dises

quelle est l’heure d’y voir clair

qu’enfin je sache guider ce chemin

jusqu’à l’aune de notre rencontre

 

 

c’est peu dire l’impatience
car l'on n’est rien, mon Dieu
qu'une danse de bourgeon
mimant au ralenti l'éclosion d'un nuage



envoie-moi ton bonjour,
que je déplie lentement sa texture de pain gros,
fécond de croustillant
sous la dent qui soupire

13:17 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (3) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |