Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2009

Ici on manque de ciel

"Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent"

Gaston Rébuffat





- ici, on manque de ciel -



ici, c’est pire encore
on manque de ciel
pour accrocher nos yeux
pendre nos mains en guirlandes
nos lèvres aux guis –
quant aux baisers… -
de primitifs montages de roches
avalent l’horizon


oui, mais
il y a aussi une aura qui ruisselle
des monceaux de pas levés
le regard s’y aperçoit
forant les nébuleuses pierreuses


ici, c’est une ouverture de neige
déferlante en grand draps d’écume
malgré tout on y dîne d’une piécette de givre
de quelques miettes jetées
à bas des pics
pour les erres et leurs paumes
en coupoles


plus tard
- combien plus… -
il faudra de janvier
transpercer le blanc
s’aboucher aux glaciers
là nos noms y reposent
pour un temps encore
leurs blessures d’ailes
et de salives


plus tard,
le meilleur se cueillera
aux reins de la lumière.

 

Le visage du temps qui passe - Face of time

 

12:53 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : littérature, poésie, montagne, grenoble, neige, florence noël |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

01/12/2009

Ton aile s'affriole de bleu gras et pâteux

ange-bleu-oct-2009.jpg

© C. L. Genz,  2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ange bleu, Christopher Genz, le fils de mon amie Lise d'Au Jour d'Hui, l'a peint. Les anges sont malicieux. Ils viennent et vont entre les lignes de notre temps d'homme, de nos espaces d'hommes. Parfois on reconnaît leur silhouete, des années plus tard dans la vision d'un autre, de cet ange qui vous aviez croisée, auquel vous vous adressiez en silence.

 

C'est sûr Christopher a croisé une de mes visions de 92 ou 93. Je vous laisse juge, texte en main....

 

L’Ange

Tu sais les fruits de nos bouches
les autres récits des gens
les parades, les façades

Ton aile s’affriole de bleu gras et pateux
tachant nos doigts
elle s’épanche, tendue soudain
s’ébat
l’ange

Tu sais nos brûles-heures, nos sabres sourds de rouille,
nos débauches de brume, nos rouge-gorges épris d’eau simple

Des images marron clair,
belles, en somme
quelque peu endommagées
dans nos esprits
Par les cités noyées, par les enfants nus,
par les flaques grisonnantes
par nous,
déchus.

Et puis toi… tu voles, au moins
toi… tu sais le goût de l’eau
On ne t’as pas appris à être désolé de lumière
quand tous les feux s’éloignent
Toi… tu sais que les silex divins
étincellent quelquefois dans nos âmes.

22:41 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ange, christopher genz, peinture, littérature, poésie, florence noël |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/10/2009

Douze carrés blancs (5) - cette pierre que Boutros tient dans sa main

c'est tout le rugueux
l'écorce tellurique épelée sur les peaux
l'âpre quand le frotté des mains la glisse
et s'y réveille

car le derme s'endort, foin d'animaux
foin de fourrures et de l'aqueuse enveloppe
des eaux puisées
tout s'endort quand le corps brise les ombres
à force de courir

a-t-'il vu le corps du passant
ce leurre d'ombrage
qui se dit immobile mais compte et décompte
la pulsation des lumières
car le soleil s'allonge sous la pierre
qu'il éclaire
c'est son ubiquité étrange sa turpitude d'onde

alors, ami,
je me penche et cueille
la pierre, sa densité, ses arêtes
tire sur sa silhouette terreuse
la délite et m'en alarme
mais son poids
mais son poids

dans ma paume parfaitement logé
sa masse juste
sa pesée de désert
sa pesée de manque
car il fait soif
à aimer les pierres
leurs échouages ou leurs jets

il fait désir et tout aussi soudainement
silence
et dans cette balance
tu es
- comblant de grâce-
là où je suis

 

 

Sur une Photo de Pierre Gaudu (http://www.flickr.com/photos/pierregaudu/4051862637/ )

 

4051862637_983c9f8d33.jpg

12:57 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : monastère, pierre, lumière, douze carrés blancs, grâce |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |