Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2006

Ca n’a que peu de poids

ca n’a que peu de poids
un ange sur une aiguille ou le lobe d’un pétale marescent
c’est d’une douceur jasmine un suint de ressouvenance
une errance à dos de fourmi
pas grave ni gravide, ni leste ni léger
c’est si petitement le rien l’à peine
le coit
le clos
la clé et puis le clair


que j’ai bâti ma maison dessus.

15:49 Publié dans Nulla dies sine linea. | Lien permanent | Commentaires (2) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

04/04/2006

Quand on disséquera les arbres

medium_ireland_171_bg_061902.jpg
....
....
....
quand on disséquera les arbres
qu’on excisera leurs plaies couvées
depuis tant de cernes closes
qu’on rira à veinules échancrées
sans rapine de vie
sans saisons oubliées
qu’on dira oui la mort et après quel goût ?
quelle devanture de feuilles
et nervures infléchies 
sur l’oreille qui s’émeut ?
quand tout mon doux
mon très humble trouble
offrande aux parterre
et cœur de fleurs pétri
quand ces printemps rendront leur dû
enfin
de rosées et d’épices
de ferments de paupières
et de joie et de joie
 
me tendras-tu l’âme
à caresser doucement
ta joue mon angelle
ton velouté tendresse
à caresser doucement ?

10:45 Publié dans Nulla dies sine linea. | Lien permanent | Commentaires (2) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

03/04/2006

Quelques danses *

(léger...pour sourire un peu ;-) )


 

illustration : Auguste Renoir

-------------------------------------

 

Quelques danses *



puisque l’ombre a remercié
le pas qui la quittait
puisque tu donnes à même l’herbe
servi sur un soleil à petit carreau
un déjeuner de jeune matin
une fringale en musette


puisqu’il n’y a pas de crachin
sur la déclinaison des berges
les barques se sèment sur aquarelles
sillages or, rose et turquoises
Manet se dissout dans la toile
et une cuisse saille d’une robe
en transparence du dessin

puisque ta danse promet de toi
à chaque pied un pigment
et pour tes bras deux serpents
une avalanche de lavande
et de jasmin


Je serai au rendez-vous
premier étage
côté fleuve
j’ai mis mon corset à lacets
un ruban chair des escarpins
un air mutin, une java
j’y vais
au Quai D’orsay, dix heures
demain.




*****



* “le chemin descend vers la ville
ici se sont données des réceptions
en pente
on ne rentrait à la maison
que pour pleurer sur l'oreiller
d'un trop plein de bonheur
face au soleil levant”

Aquatella

09:10 Publié dans Nulla dies sine linea. | Lien permanent | Commentaires (0) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |