Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2006

l’étroitesse de cette heure

pour certains il suffisait d’y croire
comme si
croire
était une simple option de l’esprit
alors que je le jure
c’est une besogne de cordes
une tension qu’assouplit seul le feu
et uniquement en son noyau ardent
une redite de chaque seconde
et si souvent je suis hagard
si souvent tombé où ? je ne sais
c’est un démembrement de chaque maux
un alphabet décrypté par l’oiseau
qui sommeille sous la terre
ruminée de l’aube
et à matines ce n’est que cendres
sur le visage léché de l’ennemi

il suffisait oui
mais non pas ce jour là
ni dans l’étroitesse de cette heure précisément là
ni depuis lors
rien ne suffit plus à la transhumance
de la joie
abritée sous ma peau de charbon
ma peau d’absence.

12:50 Publié dans Nulla dies sine linea. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poésie, littérature |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/06/2006

[coquelicots de cendres]

[coquelicots de cendres]

poésie

 

 

vint l’âge des grâces
valant toutes les danses
occultées désormais à l’angle des morts

 

c’était de peu de feu,
d’à peine l’heure de choir de l’ange à l’homme
une seconde disait-on auparavant,
un zeste de clepsydre

 

ce jour-là se passait de commencement
et brûlait sa fin dans le fleuve
ses apaisements suprêmes
car vains

 

dans un frisson solitaire
les paumes accouchaient de flammes vermeilles
coquelicots veinés par vent
vol et vétilles d’âme

 

un cri très tendu sur le tendre
à l’angle de la gorge et du sternum
émoussé de sanglots
saluait l’émergence du rêve enclos

 

c’était un spectacle déchirant
certains suaient ainsi de songes
pendant cent nuits de spasmes écarlates
et des racines se mouvaient sous leur corps
des frondaisons s’inclinaient à se rompre
cou tendu à la source incandescente

 

tant de pavots suintaient d’entailles profondes
tant de pieds pleuraient leur lot de corolles
liesse de chrème et myrtes
délicatesse ourdie étrangement
par l’ouvrage
de nos manques


où étions-nous hurlaient nos bras
où étions nous quand
tant de fastueux destins se pressaient sous l’épiderme quand
nos veines filaient la geste de visions quand
nos pieds abrasaient la cendre
où étions-nous

soudain nous fûmes chute
vertige des entrailles éclatement des temps
goussets filandreux
déglutition des sols

 

suspendus, enfin délivrés agravides
le ciel nous apprenait l’œuvre échue
à nos talents
et leurs fruits absous des récoltes

 

une procession de larmes sylves
séparait les deux moitiés de nos corps
et à nos flancs des fantômes éperdus
récoltaient à s’y surprendre
l’ambre gris
perçant hors de nos sommeils

 

alors oui nous voyions
l’un avait un monde laineux sous les doigts
jouait déjà d’un instrument à feux
l’autre serrait l’aube d’un langage dans les plis de sa joue
tandis que celui-ci feuilletait les venelles de l’Histoire
paré d’inouïs discernements
telle inventait une lumière d’eau,
sa sœur revêtait l’humilité d’un saule aux ablutions de l’ombre
une mère passée en couche
redevenait la légèreté empruntée aux pollens
combien lissait pour la prime fois
enfin
la tempe d’un enfant neuf
ou sculptaient la demeure d’un soleil pierreux


lorsque nous resurgissions
la pourpre d’avoir été
chassait celle de la honte

nous nous souvenions soudain
que nos fronts se mesuraient en empans
de peaux et de sillons
en lieues de friches à ennoblir
jusqu’au Gobi
où sourdaient les murmures faîtiers
les coquelicots de cendres
répandus au sol par des mains
affamées de sortilèges

 

 

Extrait du recueil inédit "les fantômes de l'infini peu"

16:25 Publié dans Nulla dies sine linea., poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

02/05/2006

Cités d'or ( 1)

à M-L, 4 ans et demi hier

 

elle voit le ciel vert
c’est vrai c'est ainsi dit-elle enjouée
et du bleu dedans aussi, mais pas comme la mer
elle sait le ciel vert parce qu’il fleurit :
soleil ou apnée peu importe
ses bateaux ont des guirelandes
d’hublots multicolores
à chacun son rêve, son visage encerclé
elle se meut
dans l’eau des aquarelles
invoque des cités d’or
sur des côtes insondables

l’histoire
c’est avant le bateau
où il va
les larmes de son naufrage
son dessin le racontera tant qu’il
ne sera pas sec.

(J'espère pouvoir mettre le dessin en illustration)

11:10 Publié dans Nulla dies sine linea. | Lien permanent | Commentaires (0) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |