Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2013

un si long hiver

 

 

l'hiver patiemment désosse la chair du vif

ne laisse que

la nervure pacifiée

 

ne lace que

la fragilité


 

 où nous nous retenons

de disparaître totalement,

 

 

par-dessous les saisons

 

 

Pierre Gaudu,

@Pierre Gaudu
désert de Jean-Jacques Rousseau
samedi 2 mars 2013
(cette photographie ne peut être diffusée, merci)


 

*

 

 

la mue sera d’une rudesse

de chèvre

le poil sec et

 

cette tendresse qu’on

sent à plein nez

 

près du petit bois

au ru épuisé

de pervenches

 

*

 

on le dira sorti

des lierres

émis

des alanguissements

d’une fêlure

sur gage

 

le trot lent

de l’enfant

hypnotisé de bleu

 

*

 

c’est l’hiver

qui replie ses longs

voiles d’infante

 

ses leurres de fées

qu’aigris

nous

 

balayons d’une aile

 

 

*

 

fait-il soif sous le

gel

les mains raidies supplient

de bouleter le

soleil

 

au moins son

ombre

 



 

4319164011_75179cb8ed.jpg

Le Vif et le Veuf

Florence Noël tous droits réservés

*

 

 

pourtant

partant

d’un fil à linge

l’air

se regarde choir

à la verticale

d’un

trèfle gris

 

 

*

 

crue

d’une floraison de

flaques

 

comme toute bénédiction

pour nos godasses

 

parce qu’autrefois

 

*

 

sur le seuil

morne peine

vive la pie

ses noix

gavées de becs

affamés

 

 

*

on écueille

les rigoles

les avaloirs

ces yeux noirs

d’une terre aveugle

 

puis d’un crachat

nous soustrayons

l’espoir

à nos ténèbres

 

 

*

 

le soir gagne

en mauve

ce qu’il perd

en sollicitude

 

nos rages

tardent

à soigner leurs engelures

 

 

Commentaires

soufflée, cela valait la peine d'attendre, je vous relis

Écrit par : Elise L | 13/04/2013

Chère Elise, voilà bien un commentaire qui disant l'attente me touche, c'est précieux. merci de votre lecture!

Écrit par : florence Noël | 13/04/2013

moi aissi je suis soufflé!

Écrit par : pierre gaudu | 02/01/2014

Les commentaires sont fermés.