Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2011

L'heure jaune

tu dis c’est l’heure jaune 

cette coulée au revers des nuages

car là s’insinuent les ombres

plates

d’une promesse  -  cette antienne -

prélude pour l’attente

dans les alvéoles de ton silence

en cette fin d’après midi

-ton silence ingéré -

l’attente s’y lasse

IMG_1890.JPG


tu dis c’est ainsi

que vienne l’heure – l’eau

jaune

si proche la silhouette attentiste des hortensias

poterne rose  sous la  ruée

d’or gris

car à boire en faux

ta quiétude s’y lace

latente

 

l’heure grosse –penses-tu

on le remarque aux branches incurvées

nidifiées de cette crainte aimante

pour les grands remuements de cieux

et c’est le jaune de l’heure que tu cherches

à renouer aux heures antérieures

les bottes cerises – la robe vichy

la parka ciré qui luit

les flaques égratignées de boues

sur la commissure

tant et tant de miroirs pour ce ciel

tant d’arbres dédoublés dans leur cris

leurs bras jetés comme des brasiers de vert

de tendre

à t’arracher l’amour de ta gorge

l’amour prescient des enfants

de l’orage

 

jaune un peu trouble

tu ajoutes, l’heure est un peu trouble

mais si paisible avant les trombes

obliques qui bientôt

strieront le portrait de l’enfance

oscillant là

à mi hauteur

entre glaise et braise

de cet été gommé de soirs

 

tu souris à l’épreuve

ce jaune c’est l’éternité qui s’attarde

un instant

 

19:03 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (2) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

et c'est beau

Écrit par : brigitte Celerier | 22/07/2011

Je confirme..ça emmène loin, très loin

Écrit par : Bertrand | 09/09/2011

Les commentaires sont fermés.