Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2011

on la reconnaît à ses dentelles de cendre

 

on la reconnaît à ses dentelles de cendre

à son centre

broyé de mouron rouge

on lit dans la brûlure

l’imbrûlé

et serait-ce ce « tiens » qui précède le don ?

 

 

12:21 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.