Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2010

Branche d'acacia brassée par le vent (mouvement 6 : Largo)

Sixième de 8 mouvements écrits sur une série photographique de Pierre Gaudu "branche d'acacia brassée par le vent"



Branche d'acacia brassée par le vent. Photographie Pierre Gaudu :
3697914273_7243054414.jpg




Sixième mouvement : Largo



viendra l’heure de t’ouvrir ce jardin, il nous ouvrira, tendus le regard extasié, mydriase puis délice, l’heure où nous jardinerons le corps mat des sentes, les méandres surtout, les appuis pour les boues renouées
viendra l’offrande à l’ouverture, contre la déliquescence apprêtée des ténèbres, l’adieu cendreux des orées et ce mystérieux mystère des houilles blanchies de roses ou de leur fantôme de rosée
viendra le voile tiré sur l’ecchymose d’une nuit – la première – le ventre né du grand azur, l’aube dit-on et son cortège d’oiseaux crachés sur les visages, viendra l’heure

où tu t’évaseras,
où mon écueil dans ton accueil,
où l’ample bras
lavera toutes mes saisons d’énigmes
où muserons les ramées
écorces nues au matin
d’un fût tremblé

souffle vierge et vaste il nous fendra, bogues abouchées, brossés de brous, d’une seule étreinte,
si révélant, à la ravaude, d’embruns brasiers filtrant l’ébriété nouvelle des branches
et revenus nous étrennerons nos neuves mains sur nos aplats de muscles puis sur ces épaules dévastées d’ailes

si pâles sous l’or
une feuille pour langue
une branche pour membre
un ébrouement pour qu’y
surgisse le feu tremblé

Commentaires

n'oserai jamais échanger -

Écrit par : brigetoun ou Brigitte Célérier | 22/02/2010

j'espère bien que si! enfin, si vous voulez bien de moi sur votre site évidemment....

Écrit par : florence Noël | 22/02/2010

merci, Florence, l'occasion de mieux découvrir ton très beau blog, j'aime particulièrement ce travail avec

Écrit par : lam | 05/03/2010

ACACIA NUIT ET MATIN


Je suis ému du monde ce matin qui est la nuit

Je suis ému des nuits qui forment une romance

que personne jamais n’entendra

Je ne sais par où et comment ça commence

mais je sais que je fais cette nuit le tour infini

du monde fini que je serai

Mais pour l’instant fini infini

je ne sais pas ce que c’est

Sous la lampe du monde ce matin

qui sent les acacias

et la nuit

Écrit par : jjdorio | 09/03/2010

Grand merci de vos échos déposés sous ce texte, lambert et vous jean-Jacques. Bienvenue quand vous le désirez en ces lieux.

Écrit par : florence Noël | 09/03/2010

troublante complicité mots-photos
texte "né du grand azur"

Écrit par : colette | 12/03/2010

Les commentaires sont fermés.