Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2010

Quel est le poids de l'ombre

4266514543_c257e6cda0.jpg
"Tombée des nues" Photographie, Pierre Gaudu

 

 

pas un doigt d’arbre que la neige
n’épuise
viatique d’un désert
où l’immobilité rumine

quel est le poids de l’ombre
à qui meurt et comment
dire la rage lente des feuilles
pour déchirer leur pulpe?

un pinson fore l’heure blanche
et noire des photos
qu’on prend fouillant l’haleine
les lèvres à même la vitre

rousse
la volute quand s’envole
l’oiseau brusque du
mystère :
le mouvement qu’il dévide
étire la béance
entre l’œil et le cœur

 

13:31 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : florence noël, neige, poésie, littérature, ombre |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Une bien belle découverte que votre espace, j'y reviendrai...

Écrit par : helenablue | 21/02/2010

au plaisir, Hélène, faites comme chez vous!

Écrit par : florence Noël | 21/02/2010

Frêles empreintes
La vie palpite
à l'ombre des branches nues

C'est doux secret
que le pinson éveille
entre deux herbes glacées

Écrit par : Xavier Lainé | 21/02/2010

Je l'ai lu ailleurs, et j'ai envie de le dire là. Entre l'oeil et le coeur il y a toutes nos émotions

Écrit par : lutin | 22/02/2010

merci bernadette pour ce signe ici. Cet ici aussi a son importance pour moi.

*

merci Xavier pour la passerelle jetée, de mots à mots, de site à site !

Écrit par : florence Noël | 22/02/2010

Entre l'œil et le cœur le mot étire sa distance, l’oiseau brusque du mystère, saisit entraîne, m’entraîne dans l’ailleurs d’un hiver d’arbre, j’ai aimé le voyage. Merci

Écrit par : jms | 19/04/2010

Entre l'œil et le cœur le mot étire sa distance, l’oiseau brusque du mystère, saisit entraîne, m’entraîne dans l’ailleurs d’un hiver d’arbre, j’ai aimé le voyage. Merci

Écrit par : jms | 19/04/2010

Les commentaires sont fermés.