Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2009

bourrasque

Bourrasques



pour qu’ils refluent
ces feux terrifiés
dans l’ombre crasseuse d’une paume en labeur
caresse soudain éteinte sous la lanterne du soir


et pour qu’étincellent
ces ricochets fusain
dans la suie lasse de l’œil extatique


combien de splendeurs habillent ce ciel moissonné
par le limon de ta bouche
dressée orante soufflée


cierge à murmures
vacillement gracile
mastication longue de semences
qui tollit peccatum mundi ?


combien de louanges ensuite
resserrant le poids de la lumière
sur l’orbe de tes reins ?


tandis qu’en aparté
ta main découvre émue
sa nature de plume

 

 

Extrait de "Dans ta bouche mangée de souffles", inédit

17:46 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : souffle, prière, lumière, bougie, splendeur, semence |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

pfffffiou quel texte bouleversant, Flo, il me retourne. Tu as le don, ou ce mot-là exactement, le don, de décrire des choses près de la terre, et c'est très nourrissant.

Écrit par : isa | 07/03/2009

Ca fait du bien ton commentaire Isa. parce qu'hier, j'ai eu un commentaire verbal, sur un recueil, qui disait un peu le contraire. Que ça manquait de chair en gros. Que c'était peut-être trop elliptique, je ne sais pas...

Oui, moi j'écris toujours bien consciente d'être pied en terre et tête en ciel, via toutes les parties du corps. Mais peut-être le lecteur qui sera touché sera celui qui fera pareil?

Écrit par : flo | 07/03/2009

Les commentaires sont fermés.