Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2009

Qui me rompra encore

je ne sais rien
la dorure des livres, peut-être
sur leur tranche qui aiguise mes doigts
- fioriture-

je ne sais rien
que l’or sur les lèvres d’icône
au matin froid d’une pierre romane
superbe dans sa courbure de vieille femme
et moi priant la bouche tout contre les moellons
moi mon épiderme hurlant dans les nervures du granit

3233801744_ce9051e16e_m.jpg


je ne sais rien
enfant avant la lettre, bambin tiré à quatre étoiles
je ne sais que ton nom, peut-être
et la lumière avalée par le dallage
à l’arrière de mes pas
je ne sais plus – ai-je su – la litanie de tes amis
ton histoire tressée de signes
et tous tes gouffres où le cœur
tombe en torche
éclairant –enfin –
les angles morts de nos visages

je ne sais que mes jours et l’incertain
le désir minuté
la voie sourde des fleurs
encore sous la terre

je suis une vasque qui ignore son vin
une écorce de pain avide de la dent
qui le rompra encore
je suis lèvre scellée d’un baiser à venir
lourde d’enfants abstraits des caresses de leur mère
levain resté en rade à l’aune du pétrin

 

 

Photographie : Maniguette (Christiane de Rémont)

10:32 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : poésie, pain, vin, or |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

La splendide photographie de Christiane de Rémont illustre parfaitement ton poème, Florence.

Je relis ton texte. je pense que personne n'arrivera plus à te rompre. Nous sommes faites de roseaux et de vents marins. Nous plierons encore un peu, s'il le faut, à notre bon vouloir seulement. Pour la rupture, pour la cassure, nous sommes hors d'atteinte.

" la voie sourde des fleurs
encore sous la terre (... ) ", dis-tu. C'est si vrai !
Mystère de tout l'invisible, seul le poète en est conscient.

Merci,

Lise

Écrit par : Lise | 24/02/2009

Il y a dans ce texte de la spiritualité et du lyrisme que surplombe la photographie comme le dit bien Lise.
Peut-être s'agit-il d'un baptême ? C'est en tout cas très beau.

Écrit par : Serge | 24/02/2009

Merci Lise pour avoir ouvert le livre de ce blog. le tien est très bellement mis en page et donne envie d'aller le feuilleter plus longuement!

*


Pas mal Serge, je n'avais pas pensé à la résonnance dans le baptême. Bien vu... Mais nous sommes tous petit enfant sur le chemin du tâtonnement.

Écrit par : flo | 24/02/2009

C'est un texte qui m'émeut beaucoup! Je ne sais comment dire ce que je ressens vraiment, il y a dans ces mots de la lucidité, mais aussi, une questionnement, une attente, la recherche de l'inatteignable, le constat d'un désir de vie, de recommencement ou de renouvellement mais aussi l'incertitude , pas le doute, devant la créativité encore possible.
N'oublie pas, tu es pleine de ressources! Et tu es la source de beaucoup de beauté et d'amour!

Écrit par : Christiane | 28/02/2009

C'est un texte qui m'émeut beaucoup! Je ne sais comment dire ce que je ressens vraiment, il y a dans ces mots de la lucidité, mais aussi, une questionnement, une attente, la recherche de l'inatteignable, le constat d'un désir de vie, de recommencement ou de renouvellement mais aussi l'incertitude , pas le doute, devant la créativité encore possible.
N'oublie pas, tu es pleine de ressources! Et tu es la source de beaucoup de beauté et d'amour!

Écrit par : Christiane | 28/02/2009

Le dernier passage , c'est comme un regret de la fin de l'enfantement.

Écrit par : Christiane | 28/02/2009

Tout est si beau en ce texte que je suis passée plusieurs fois le lire en silence et aujourd'hui encore, peu de mots, les tiens résonnent trop fort en moi
Merci

Écrit par : colette | 01/03/2009

Des mots qui réparent comme les flammes des bougies sur le tranchant du noir. Merci Flo.

Écrit par : Ile | 01/03/2009

Il y a aussi cette compassion pour les mères en manque de la présence de leurs enfants. Mais l'espoir reste, n'est-ce-pas?
En tout cas, tu as des lecteurs et intervenants très présents et à "l'écoute" de ce que tu écris!

Écrit par : Christiane | 01/03/2009

Quel plaisir de vous lire, Ile, Colette et Mum. Oui, il y a tout ce que vous ressentez, et que vous me partager pour augmenter ce texte. merci pour cela.

Écrit par : flo | 02/03/2009

Les commentaires sont fermés.