Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2008

ce que vous faites aux plus petits d'entre les miens

 

1955_Chiens_perdus_sans_colliers.jpg

Je sais que la France n'est pas mon pays, mais j'aime considérer qu'un soucis de démocratie, hein, ça appartient à tout le monde.

Alors quand je lis cette news sur Yahoo :

"Une réforme qui durcira le sort judiciaire des mineurs, avec notamment une possibilité d'incarcération dès l'âge de 12 ans pour les crimes, a été lancée par la ministre de la Justice Rachida Dati" Qui considère, comme Maïté avec Bonux, que c'est une quesiton de "bon sens". Sauf qu'elle, elle est ministre de la Justice, dans le pays des "droits de l'Homme" pas décapiteuse on line d'anguilles. http://fr.news.yahoo.com/4/20081203/tts-france-justice-mi...

Je vais voir Maître Eolas, mon copain juriste qui me donne, lui et ses commentateurs, toujours envie de continuer à croire qu'intelligence et humainté sont compatibles.

Et je trouve cette caricature, qui ne me fait pas rire, parce qu'en fait, elle est amère :

http://www.maitre-eolas.fr/images/miquets/reformemineurs....

et dans les commentateurs je trouve cette magnifique analyse des statistiques de la délinquance infantile et qui tord le cou à TOUS les effets d'annonces menant les grands politiciens adultes à s'en prendre à des enfants pour les mettre en prison. A lire en entier, ce n'est pas long et extrêmement instructif. Et c'est fait par un chercheur au CNRS.

Comme quoi, mentir et faire mentir les chiffres, ce n'est pas bien. On se croirait dans un livre de Cesbron. Sauf qu'il est mort il y a presque 30 ans.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilbert_Cesbron

Commentaires

Dati, c'est un des plus gros cataclysmes qu'on ait connu ces derniers temps, à part un autre que je ne citerai pas, hein... En principe, elle devrait être virée au prochain remaniement ministériel, j'espère que c'est vrai.
Mais tu vois, Flo, quand j'examine avec dégoût la prochaine réforme de l'éducation et ses nouveaux programmes, ben disons que je finis par devenir immunisée.
A cela: Dati et ses lois, décision d'obliger les SDF, par la force à intégrer des centres d'accueil par grand froid, aux centre de rétention, etc. etc. etc. à part la révolution, il n'y a pour l'instant pas grand-chose à faire, le prochain vote utile n'est qu'en 2012. Et c'est loin d'être sûr que les français ne rééliront pas Sarkozy.
Pas grand-chose à faire, sauf réfléchir et s'organiser, à long terme. Et sur une base plus dure que la simple protestation publique, bien que celle-ci ne soit pas inutile.

Écrit par : isa | 03/12/2008

Ce qui me fait si mal, dans cette vision de l'enfance "déviante", c'est d'en arriver à considérer que les "jeunes" autrement dit, ces extraterrestres que sont les adolescents, sont des dangers potentiels pour la société. Evidemment, toutes les dérives sont possibles : comme cette idée saugrenue de "détecter" les enfants de 3 ans comme délinquants potentiels.

Quand je vois tous les fils de bonnes familles qui tappaient mes filles à la récré, en maternelle et qui, pour la plupart, se sont calmés en primaire, je me dis que heureusement que se sont des fils de bonnes familles. Ils auront 18 ans pour apprendre à se tenir.

Quand on est est moins bien lotis, souvent, d'autres personnes commencent à penser pour vos enfants, en les orientant de plus en plus mal, et ce n'est que rarement un hasard s'ils finissent incarcérés.

Une société qui peut clamer que c'est du "bon sens" de mettre des enfants en prison, parmi des adultes, où ils vont connaître promiscuité, vacuité, contrôle, absence de pédagogie, violence verbale, morale, sexuelle peut-être, drogue, trafic et loi du dominant. Où ils risquent de se faire embrigader dans des bandes de plus durs enconre, bref, quand j'imagine cela, que des adultes bourrés de fric considèrent, ne fut-ce qu'un instant, que c'est du "bon sens"... Je me dis qu'ils ont encore du chemin à faire.

Ils nourissent les haines et les terrorismes du futurs. Ils portent une responsabilité morale écrasante dans l'échec futur de ce "vivre ensemble" dont ont besoin l'ensemble des générations.

Sans excuser aucun acte, il me semble que l'adolescence est le temps des extrêmes, des jeux dangereux, d'abord pour s'éprouver soi-même face à la mort, la peur, les frontières du soi et de l'autre. Il me semble que considérer qu'un jeune adolescent de 12 ans est censé ne pas ignorer la loi, alors que certains lisent difficilement, c'est du non respect absolu des droits de l'enfant. C'est refuser ce temps que tout être humain prend pour devenir adulte, c'est à dire responsable de ses actes devant la société des hommes. Avant l'âge adulte, c'est la société qui est responsable des actes de ses mineurs, par ce qu'elle en est la tutrice. Mettre en prison ses enfants, c'est pire qu'une démission, c'est une traîtrise, une lâcheté, un crime de lèse-humanité. Une inversion de la nature des rapports humains : un enfant doit être protégé par les adultes et non le contraire.

Écrit par : flo | 03/12/2008

Ce matin, j'avais cours avec des profs du Réseau d'Aide Spécialisée pour les Elèves en Difficulté. On a passé une matinée merveilleuse, d'abord je les connais, car nous avons déjà travaillé ensemble en octobre, et certains m'ont déjà subie comme formatrice il y a quelques années, ce sont presque des amis-ies.
On a beaucoup ri, au milieu du cours proprement dit (où je leur proposais de multiples façons de travailler le langage ou autres disciplines en partant de la musique). beaucoup ri parce que... l'an prochain nous disparaissons tous, IUFM et réseau d'aide spécialisée.
Donc, moultes plaisanteries sur nous, fantômes :-)))

Bon, IUFM, je ne sais pas mais pour le reste je suis sûre, c'est une catastrophe. Faire disparaître les maîtres spécialisés? que vont devenir alors tous ceux qui n'ont pas eu la chance de bien commencer, les traumatisés, les trisomiques, les blessés de la vie, les violentés, les autistes, les handicapés tout simplement???????
Intégrés dans les classes? Ou simplement absorbés, plutôt?
Ou les ghettos maintenus, mais avec n'importe quel prof, non formé, sortant juste du concours, ou, puisqu'il n'y aura plus de concours bientôt, sortant juste de la fac? Jeunes profs sortant de la fac avec ces enfants hypersensibles et en lourde difficulté? mais je rêve?

ben voilà, c'est exactement dans la même veine que le reste.

pfffffffffff

Écrit par : isa | 04/12/2008

questions d'étrangère pour mieux cerner l'enjeu :

qu'est-ce que l'IUFM? les maîtres spécialisés? le concours consiste en quoi? Et le réseau d'aide spécialisé s'adresse à qui?

Écrit par : flo | 04/12/2008

l'IUFM, c'est, c'était plutôt, les Instituts universitaires dans lequel les jeunes profs étaient formés. Ils disparaissent à la rentrée, ce sont les facs qui reprennent le flambeau.


Les maîtres spécialisés étaient des professeurs des écoles (instituteurs) qui s'occupaient en petits groupes des enfants en difficulté, dans les écoles.
Et on appellait réseau d'aide spécialisée tout l'ensemble des profs de ce type.

Écrit par : isa | 05/12/2008

Petit jeu triste : qui a dit a la phrase très juste "Une identité niée, c'est une identité radicalisée" * ?

Nier l'humain, nier l'enfant, nier l'individu, nier la terre, nier la société.
Je crois au fond, que le projet de société de certains est... qu'il n'y ait plus de société, mais une collection d'intérêts antagonistes à gérer, à manipuler. On nie à la fois l'identité et l'unité. Ainsi, il n'y a plus d'humain ni de vivant.

Une partie de la réponse à apporter passe par l'unité, par donner la première place à ce qui nous rassemble et non à ce qui nous divise ou nous fait querelle. Une autre partie passe par ne pas oublier son identité. Et ces deux parties ne sont pas contradictoire, tout leur jeu est de nous le faire croire, pour qu'au fameux "Choc des civilisations", s'ajoute un choc interne qui nous paralyse.

Ca ne marchera jamais complètement , parce que d'une part tous les systèmes artficiels finissent par s'écrouler, c'est une simple loi physique appliquée à la société, et d'autre part, il y a des Flo, des Isa, des irréductibles (= "qu'on ne peut pas réduire").

* c'est Nicolas Sarkozy.

Écrit par : Stéliade | 13/01/2009

Les commentaires sont fermés.