Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2008

récit long - Extrait chp. 8 - Ulric chez Elena

Ulric passa en milieu de semaine. Il confirma avoir invité tous les amis des beaux jours en plus de quelques-uns issus de la période récentes, ces derniers n’étant pas les moindres. Amis journalistes connus à l’université ou collègues de Samson, photographes, son galeriste, Aimé Nicaise, son agent, un réalisateur de courts-métrages, Samuel Megliani, avec lequel Samson avait collaboré, les frères, un cousin resté proche, sa mère, les parents de Samson, Vladimir, un chanteur chilien connu au temps des campus universitaires. A charge de tout un chacun d’apporter plats ou boissons, dans la formule traditionnelle. Ulric raconta par le menu les appels, les réponses, les réactions tandis qu’Elena taillait obstinément une haie sauvage qui bifurquait vers l’orée de la forêt.


- « Tu aurais du refuser, Elena, si cela te rebutait autant »


- «Je t’ai dit, c’est une bonne idée. J’ai recommencé à peindre. Plus grand qu’une assiette à dessert, je veux dire »


Ulric la fixa avec acuité. Il ne marqua pas un temps très long avant d’avancer un - « Tu me montreras ? »


- « Je ferai une expo à l’étage et dans le pigeonnier durant l’apéro. C’est en l’honneur des filles ». D’un geste du poignet, Elena remonta une mèche qui lui cinglait le visage. Ses gants de jardinage étaient noirs d’humus, tout comme son pantalon et maintenant sa joue qu’elle venait d’effleurer incidemment.


- « Tu ne me montreras rien avant, n’est-ce pas » Ce n’était déjà plus une question. Ulric sourit. Son envie déçue, son allure gourmette, sa blessure courtoise, sa timidité galante. Elena n’avait pas besoin de relever la tête pour apprendre son expression.
Elle aimait cet homme au poil blanc et à l’allure de dandy d’une affection profonde. Mais elle se gardait de lui faire spontanément plaisir. Elle sentit un resserrement des artères autour de son coeur, le signe l’anti-grâce comme elle l’appelait, elle en eut de la peine. Mais elle ne changea rien à sa décision. L’expo serait dévoilée pour tous lors de la fête, tous y compris Ulric.


«Cesseras-tu un jour de m’en vouloir, Elena ? »


« Reviendra-t-il un jour, Ulric ? » La réplique avait monté en même temps que le regard. Mais la voix avait cette lenteur des pleureuses à l’orée du marbre lisse.


Il la serra un peu fort, d’une accolade improvisée, puis presque délectable. Il attendrait bien jusqu’à la fête, puisqu’il avait reçu l’indiscrétion d’une épaule. Il attendrait toutes les fêtes. Elena déjà franchissait le seuil courbant la nuque. L’entretien était clos, une piqure d’églantier mêlait le sang à la boue au centre exacte de sa paume droite. Sous le jet du robinet le brun devient plus sombre et le rouge plus vif, tous deux coulèrent longtemps dans l’évier. Quand elle s’essuya les mains, tout en elle était sec. La voiture d’Ulric achevait de faire crisser les cailloux de l’allée.


Elle releva enfin la tête. Le fantôme de son regard la fixait dans l’épaisseur de la vitre. Elle eut l’impression d’un choc de fixité, dur. Qui cillerait le premier ? Passer au travers, voir son jardin écouler ses rumeurs d’automne avec mollesse. Combien de jours passés depuis cette semaine de novembre l’année dernière où le temps, la chair et l’esprit furent absorbés dans l’inquiétude, l’interrogation jusqu’à l’insupportable silence qui recouvre tout ? Infiniment.

 

363392057_5a62093530.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Des poches de sa veste de jardinage, Elena retira des pétales de rose qu’elle venait de cueillir. Elle les ajouta dans un panier déjà bien rempli, qu’elle rangea au frigo. Dans deux jours, il ne devrait y avoir place que pour la fête, son étrangeté, sa somme de plaisirs infimes, sa multitude de satisfactions individuelles, ses moments solennels, ceux où tout peut voguer sans capitaine. Pour cela, il lui faudrait mettre aussi sa dureté au frigo.

16:38 Publié dans roman en cours | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête, forêt, disparition |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.