Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2006

En hommage à Yves Heurté

 


Dimanche, 19 février, Yves Heurté est mort, épuisé des suites d’un accident vasculaire cérébral.

 

 

 

Et si c'était ainsi, l'éternité,
un chant fait de silence ?
Si c'était d'un amour
l'infinie patience ?
Une envie douloureuse d'être
la nuit, la neige, et la cantate ?

Yves Heurté

J'ai "connu" Yves Heurté sur Internet, dans les années 99-2000. Avec ses plus de 80 ans, il participait activement à des listes de discussion sur la littérature, de partage, d’atelier d’écriture et des comités de lecture notamment du site www.francopolis.net. Yves avait été très longtemps un médecin de campagne dans le sud de le France à l'orée des Pyrénnée. Peu à peu, en parallèle de ce travail pourtant prenant, il avait commencé à écrire à tout va : romans jeunesse, littérature adulte, poésie, théâtre,... Il avait eu une entrée dans l'âge adulte marquée par la guerre, la seconde guerre mondiale et par un passage dans la résistance pour laquelle il pouvait aussi être critique. Grand convaincu de la paix, humaniste et croyant, il a publié sur ce sujet au moins quatre livres:

·        Journal de nuit. Le journal de guerre d'un adolescent 1941/1945 ( mis à la disposition des lecteurs via le net http://webhome.infonie.fr/isanou/ ) et qui reprend son journal de 17 ans, son entrée en résistance et son point de vue parfois critique et toujours engagé)

·        L'atelier de la folie : Fait divers tragique dans une prison politique très dure d'Amérique du Sud: dans une émeute on arrête par erreur une étudiante d'excellent milieu. Mais elle refuse de garder le silence et même d'être libérée si on ne fait pas de même pour sa compagne de cellule, abominablement maltraitée. Son obstination va poser au pouvoir carcéral un problème insoluble.Ed Seuil jeunesse

·          L'homme qui marchait : Au Tibet, un moine errant a étranglé sans raison la fillette d'un paysan. Celui-ci va se jeter à la poursuite de l'assassin sur les hauts plateaux, poursuite qui durera toute leur vie, chacun des deux souffrant le même froid, la même misère, la même solitude, sans jamais se croiser. Mais tandis que l'un devient un grand criminel, l'autre évolue vers la sainteté. ( un extrait : http://yves.heurte.free.fr/roman.htm#marche)
·          Mémoire du mal (Erinnerung an das böse) Edition bilingue Français/Allemand. Poésie consacrée aux camps de concentration.
 
Des recueils aussi, la plupart aux édition Rougerie, d’une poésie percutante et simple.
"Le plus vaste désert est fait de milliers de sentiers perdus. L’un allait au Golgotha, l’autre vers la soie, le sel, les conquêtes insensées d’un boiteux, une razzia de femmes ou la marche des saints.
Tous chemins d’un désir impossible. Tous balayés d’un vent de mort mêlant aux sables leurs poussières.
Restait un chant de route."

Yves Heurté
 
*
“J'aimerais être sans âge, seul à la table d'une petite auberge dépassée par ma route. Je ne porterais ni projets ni mémoire. Je ne serais que l'aiguille arrêtée à jamais en pleine broderie. Peu m'importerait alors de faire l'amour, de caresser le chat ou de tirer sur l'ange. Ce serait une simple halte pour fêter l’anniversaire de mon amie l'éternité.
Elle et moi pourrions boire enfin nos whisky secs sans nous préoccuper de la fin du monde.

.....................

Un départ n'emporte jamais tout. Restent un bagage perdu, la poussière oubliée sur un seuil, le meuble encombrant d'un mensonge. Et toujours, dans les barbelés de l'exil, des lambeaux d'enfance.”
 
Yves Heurté
Yves avait aussi réécrit une version du “Cantique des cantiques”…
Alors, pour lui répondre, une dernière fois, je lui envoie ce petit hommage, pour le gentil galopin, ivre de vie, de joie, d’humour et de combat qu’il était et est toujours, là où il est:
 
 

tu es le  bien-aimé

cours les montagnes les hommes graves

tes mains respirent la fleur d’amour

et l’ombre prie toute ta jeunesse

de clairsonner ses pas d’argent

 

tu n’as mille ans que depuis hier

jeune chenapan

 

ta bien-aimée,

ta gazelle d’or, ton éternelle

bruisse d’oiseaux et de parfums

les ruisseaux remontent le temps

d’une louange de corps serrés

 

tu rêves dans le rêve d’un ange femme

petit galopin

 

invite-toi au grand banquet

tu as le rire en sortilège

et du vin goûtu pour le feu

l’âtre s’éparpille de mystères

tes mots furieux fondus de paix

 

au paradis des résistants

tu combats de rutillants dragons

armé d’une plume d’écolier

 

marche fils d’homme marche encore

sur les mers houleuses de cailloux

pérégrine d’une pointe à l’autre

dessines le cercle infime de l’Autre

malade, pendard ou asservi

ces étrangers nos rédemptions

Clepsydre

 

  • Son site :

http://yves.heurte.free.fr/

  • Voir aussi sur le site de Michèle Menesclou :

http://alineaetc.hautetfort.com/archive/2006/02/05/a-yves...

Yves Heurté, l'homme de toutes les générations

  • Et une mini-thèse sur son oeuvre :
Yves Heurté : des livres pour résister
par Jean-Christophe Angelo (Maîtrise SID, 2001)

à cette adresse http://jeunet.univ-lille3.fr/auteurs/heurte01/sommaire.htm

Heurté Yves
Vous, gens de montagne

  • Un article de Thierry Guichard :  Yves Heurté Se libérer soi-même, à cette adresse:

http://www.livre-poitoucharentes.org/Pages/archives_ASR/a...

10:45 Publié dans droits humains, foi de l'homme | Lien permanent | Commentaires (0) |  del.icio.us | |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.